Skip to main content

Véhicule électrique et froid hivernal - bien choisir son modèle 2018 en tenant compte des hivers au Québec

Mise à jour 2019-03-12. 

Chaque hiver au Québec, des vagues de froid font plonger les températures de l'air sous la barre des -20°C.  Or l'expérience de nombreux conducteurs Québécois indique que l'autonomie d'un véhicule électrique peut diminuer jusqu'à 50% de sa valeur nominale lors de froids très intenses (entre -20°C et -30°C). Afin d'éviter les mauvaises surprises et de craindre de tomber en panne au cours de l'hiver, il est donc crucial de bien tenir compte de cet aspect incontournable du climat du Québec.


La station météorologique située à l'aéroport de Mont-Joli, située à moins de 10 km de mon lieu de travail (Institut Maurice Lamontagne), a permis de recueillir des données de température de l'air depuis 1875. Vers la fin du 19ème siècle et au début du 20ème siècle, on observait parfois jusqu'à 50 journées par année plus froides que -20°C. Dans le passé plus récent, on a observé une trentaine de journées plus froides que -20°C de 1991 à 1994 et 22 telles journées en 2015. Étant donné la durée de vie moyenne d'un véhicule qui est d'environ 15 ans, il paraîtrait donc prudent de s'attendre à jusqu'à une vingtaine de journées très froides par hiver au cours desquelles l'autonomie de votre véhicule électrique pourrait être réduite jusqu'à 50% de sa valeur nominale.


Le graphique ci-haut montre trois lignes obliques ainsi que l'autonomie des 12 véhicules entièrement électriques (lignes verticales pointillées) qui sont inclus dans la brochure Branchez-vous 2018, produite par l'Institut du véhicule innovant.

La ligne noire indique l'autonomie EPA telle qu'annoncée par le fabriquant selon les normes de l'Agence de Protection Environnementale Américaine (U.S. EPA). C'est l'autonomie à laquelle vous pouvez vous attendre en été (sans climatisation) sur un terrain plat et en respectant les limites légales de vitesse en ville et sur l'autoroute.

La ligne bleue indique une réduction de moitié de l'autonomie (EPA/2) lors de froids très intenses (-20°C à -30°C). Il s'agit d'une estimation approximative de la distance totale que vous pouvez parcourir lors de ces froids extrêmes en fonction de chaque modèle d'automobile.

Au cas où vous utiliseriez votre voiture électrique pour effectuer un aller-retour entre votre maison et une destination (exemple: lieu de travail) ne disposant PAS de borne de recharge électrique par une journée de très grand froid (-20°C à -30°C), il conviendra alors de veiller à ce que la distance aller simple séparant votre maison de votre destination n'excède pas la ligne rouge (EPA/4).

Autres ressources en ligne:


2019-03-12: Essai de la Chevrolet Bolt 2019 en hiver - adapter ses habitudes de conduite

2019-02-20: 5 mythes sur les véhicules électriques et le froid


Comments

Popular posts from this blog

The War on Science - lessons for democracy in 2016, 2020 and beyond

Updated 2020-07-21. Four years ago, the 2016 Republican Party presidential primaries were characterized by a contest in which it had become necessary to express antiscience and anti-expertise opinions on climate change in order to have any chance of winning the Republican nomination for president of the United States of America.  How did the Republican Party arrive at such a low moral and intellectual point? A uthor Shawn Otto tells this story and many other antiscience stories in his book  The War on Science .  Otto's book was officially published in May 2016, but he had finished writing it before voting began in any of the 2016 caucuses and primaries. At the time of writing, Donald Trump was just one of several candidates campaigning in the Republican Party's presidential primaries , alongside Ted Cruz,  Marco Rubio,  John Kasich, Ben Carson,   Jeb Bush and many others. When Otto's book came out in May 2016, we were six months away from the November 2016 Presidential el

Climate projections to 2100 for Toronto (Ontario, Canada)

U pdated 2020-02-10.   In June 2019,  Environment and Climate Change Canada ( ECCC ) launched a new Canadian climate data portal: ClimateData.ca . Through this portal, decision makers in the private sector, municipalities, provincial and federal departments are now better equipped to make informed decisions about future development options all across Canada, taking into account projections of future climate change. In this post, my goal is simply to illustrate the types of climate data that are available for thousands of municipalities by taking the example of Canada's largest city: Toronto. A second example is provided for the city that I live in: Rimouski (in French) . I encourage decision makers to explore what information ClimateData.ca has in store for the communities they live in. Are there any takers of this challenge for Vancouver, Halifax, Calgary or Tuktoyaktuk? For the City of Toronto (43.7417°N, 79.3733°W), I present plots of historical ( 1950-2005) and plaus

If climate change action and science are important to you, vote ABC (Anybody But Conservative) on October 21

Updated 2019-10-21.  Full disclosure:   I am a Canadian federal government scientist. Canada's Public Service Commission  (PSC) provides several examples of non-candidacy political activities that public servants may engage in outside office hours during an election. This includes " using blogs, social networking sites or a personal website or video sharing to express personal views in support of, or in opposition to, a candidate or a political party ." But as a preliminary step, public servants are asked to use a Self-Assessment Tool  to determine the risks of engaging in non-candidacy political activities. I used this Tool and obtained the risk level "Moderate" for my intention to use a blog and social networking in opposition to a candidate or political party. I considered that this risk level was sufficiently low to allow me to write this blog post and to engage in related political activity on both my Twitter and Facebook accounts during the 2019 fede